Sentiers nomades au Kirghizistan – 7/10

Updated on / Mis à jour le

Aujourd’hui, ce sera le début de notre trek au départ du lac Son Koul.

Bien démarrer la journée

Après une nuit reposante, nous nous retrouvons pour le petit déjeuner. Notre guide et chauffeur, les touristes anglais et notre famille nomade sont donc tous autour de la table avec nous. Le Kumuss est de nouveau proposé. Curieusement, seul notre guide en boira ce matin pour être, je cite « fort comme le cheval ». Voyant que leur boisson n’a pas trop de succès, notre famille nous propose du cognac kirghize. Il est 8h00 du matin mais visiblement, il n’y a que nous que ça gène. Nous déclinons donc poliment l’offre en expliquant que nous buvons le cognac plutôt en digestif après le déjeuner ou le dîner. Nous mangeons copieusement et nous préparons à partir.

Début du trek au départ du lac Son Koul

les adieux avant de quitter Son Koul

Après le brossage des dents, nous essayons de discuter un peu avec notre chauffeur. Il nous fait comprendre qu’il faut avoir deux couches de pantalons aujourd’hui car il va faire froid plus haut. Nous l’écoutons donc et rajoutons une couche. Puis vient le moment de dire au revoir à nos hôtes. C’est alors, que la jeune femme de la famille vient me trouver la bouteille de cognac à la main. Comme on en boit plutôt le soir, elle nous la donne afin que l’on puisse l’apprécier à notre façon. Adorable. Après quelques minutes de marche, la pluie s’ajoute au vent. Je me bat alors pour mettre ma cape de pluie puis repart d’un bon pas.

Une pause déjeuner bienvenue

Nous arrivons dégoulinants à une nouvelle yourte pour notre déjeuner. Celle-ci est bien chaude et avec la famille souriante, cela nous requinque rapidement. Cette fois, nous croisons deux touristes hongkongaises qui ont l’air totalement abattue. Une fois partie, le fils de la famille nous dit qu’il revient d’un circuit à cheval avec elles. Et c’était la première fois qu’il faisait un circuit aussi silencieux: aucune n’a parlé durant tout le trajet. Nous mangeons une nouvelle fois très bien. Puis le guide nous indique qu’il fait trop mauvais pour passer par le col à pied comme prévu. Nous allons donc emprunter un chemin plus facile. Par contre, comme le fils doit ramener les chevaux, il nous propose de faire une balade à cheval. Nous acceptons avec plaisir.

départ à cheval de notre yourte après déjeuner

Equitation dans la montagne kirghize

Nous montons sur les chevaux. Enfin nous essayons de monter plus exactement. Car si les chevaux sont plutôt petits, nous n’avons pas l’habitude. De plus, nos deux couches de pantalon et les étriers non réglables assez courts ne nous facilitent pas la tâche. avec l’aide de nos guides, nous finissons par atterrir sur la selle. Les chevaux sont extrêmement dociles et avancent au pas. D’ailleurs, les coups de talon que nous donnons ne les ferons jamais accélérer. Lors de notre balade, nous croisons des troupeaux de chevaux libres sans aucune corde au pied. A l’occasion d’une pause, je demande donc au guide comment ils font pour les faire revenir et pourquoi certains chevaux que nous avions vus avant avaient des cordes entravant leur marche. En fait, les kirghizes ne montent que les mâles qui ont donc des cordes pour ne pas trop s’éloigner. Les femelles se consacrent à leur petits et sont donc libres de courir dans les montagnes.

A cheval mais pas trop

chevauchée fantomatique après le départ du lac Son Koul

Nous montons doucement et le brouillard commence à s’épaissir. Nos guides nous disent alors de descendre de cheval car la suite du chemin nécessite d’être un bon cavalier. Nous descendons donc de nos montures avec plus de facilité que pour y monter. Après quelques minutes de marche, nous sommes bien contents d’être à pied. En effet, nos guides, qui sont restés à cheval, doivent avancer sur un sol pentu, boueux et rocailleux. Les chevaux glissent régulièrement et on comprends mieux pourquoi des cavaliers de niveau galop 6 en carrière ont eu peur lors de ce type de randonnée…

Des rencontres animalières

Des yaks

yaks dans la montagne kirghize

On commence à redescendre et on sort de notre purée de pois. Nos guides nous précède assez loin devant. Nous apercevons des yaks sur le bord du chemin. Nous sommes ravis car nous allons pouvoir les photographier de près. A notre grande surprise, quand on se rapproche, nos guides les effraient et les éloigne. En les rejoignant, ils nous expliquent qu’ils pensaient que les yaks allaient nous attaquer. Ils ont donc profité de leur chevaux pour les effrayer. La sécurité avant tout, nous nous contentons donc de photos lointaines.

Un chien de berger

Nous reprenons notre chemin, nos guides nous précédant toujours. On passe à proximité de yourtes en contrebas. C’est alors qu’un chien se rapproche des chevaux et aboie de tout son saoul après nos guides. Une fois qu’ils disparaissent à un détour de chemin, il s’assoit et nous regarde passer à notre tour. Soizic n’est pas rassurée et prend un caillou à la main. Et effectivement, le chien se met à courir vers elle en aboyant. Bien qu’il ait visiblement une patte blessée, elle lance alors le caillou devant lui pour l’effrayer. L’effet est immédiat: il ramasse le caillou et le rapporte aussitôt à Soizic. Il a trouvé quelqu’un qui veut jouer avec lui. Il ne nous quittera plus jusqu’à notre yourte de la nuit.

Et des taureaux

poêle à charbon kirghize pour la nuit

Pour finir, nous croisons quelques taureaux qui paissent tranquillement. Cette fois les guides ne leur ont pas fait peur. Ce ne sont pas des animaux sauvages comme les yaks. Je suis quand même content d’avoir le petit chien avec nous, car en le voyant, le taureau le plus proche, se détourne et va brouter plus loin. Nous arrivons enfin à la yourte où nous passerons la nuit. Ici les rôles sont inversés: ce n’est pas le bétail qui est dans l’enclos mais nous! En effet, pour éviter que les vaches viennent se gratter sur les yourtes et ne les abîment, ces dernières sont entourées de clôtures. Cette nuit il fera plus froid, malgré le poêle allumé et nos couvertures. Il ne fait pas bon avoir envie d’aller aux toilettes en pleine nuit! 😉

Après cette journée de trek au départ du lac Son Koul, retrouvez la totalité du séjour. Et si vous voulez faire le même, vous pouvez le commander ici.


Laisser un commentaire